Solitude

 

Home


 

 

 

Le petit matin d’un
mardi et l’espace infini
entre un neutrino et son ombre
c’est du pareil au même.
Ce bus sans conducteur
qui m’emmène
dans une rue qui n’en est
pas une et la
la nostalgie du
cauchemar qui me courtise
depuis l’âge de 12 ans
c’est du pareil au même.
L’impossibilité
de jouir de la désolation
et l’œil depuis mes yeux
qui me regarde, c’est
affreusement
du pareil
au même.
Il y a
une femme dans un lit,
en ce moment — et pas à Pigüé ni à
Samarkand, en ce moment
même, peut-être
dans l’obscurité tiède
de cette fenêtre ou dans l’étroitesse
de cette autre là-bas —,
qui sent l’épouvantable
nécessité de parler
avec moi,
avec la dépouille poétique
que je suis devenu, avec celui
qu’elle n’a jamais vu et qu’elle ne
connaîtra jamais,
une femme qui
ne m’attend pas et
qui sait que nous deux c’est
du pareil
au
même.