La femme est aveugle comme l’Homme Invisible

 

Home


 

 

 

la pluie de septembre
le bar jaunissant
les fumeurs dans leur aquarium
la fille seule qui pleure à peine
la télévision sans le son
la musique d’ambiance
ma mort qui fête ses dix ans
les téléphones qui marchent mal
les téléphones qui marchent absurdement bien
l'amertume absurde
dans des visages absurdes
la mère qui se voit moderne
ses filles qui voient sa décrépitude
l’avenue la pluie l’avenue la nuit
Boca Junior qui retrouvera les chemins du filet et puis

il faut que je te dise que tout fut inutile que
ce n’est pas vrai qu’une seconde glorieuse
puisse nous faire croire que tout ça vaut la peine ça ne vaut pas
la peine ni cette nuit verte
ni cette aube à Bruxelles non
ni tes petits instants d’incandescences magiques mis bout à bout
ne justifient une seule ligne
de cette énumération (la pluie, septembre,
le bar) non

excuse-moi mais il fallait que
je te le dise.

je n’allais pas laisser la tendresse
me découvrir.