Chère éditrice

Home


 

 


At the end of this sentence,
rain will begin”

Derek Walcott
 

La rage a inondé tes yeux
de Madonna amère — à les rendre
quasiment vivants — quand
les poètes m’ont assis à ta table,
comme si toute cette histoire dérivait
de la satanée vengeance d’un dieu
en qui tu n’as jamais cru.
Pourquoi avais-tu l’air tant surprise?
Ce qui est étrange, c’est que ce ne soit pas arrivé
plus tôt, vu que nous avons vécu tous les deux
dans le mouchoir parfumé des
sensibles.
Un jour quelque part nous finirions par nous croiser…
Pourquoi te semble-t-il si étrange
que nous soyons là, à nous regarder, par-dessus
cet horrible plat thaïlandais,
partageant en secret l’image inévitable
de ta bouche remplie de moi, soumise,
débordée ? Pas plus étrange,
en tout cas, que
ce jour, il y a longtemps,
derrière la porte des toilettes de ton bureau,
pendant que d’autres poètes attendaient
dans le hall.
Tout ce qui se passe entre un homme et une femme,
n’est-il pas toujours quelque chose d’étrange?

Aussi
rabats un peu ce regard qui prétend
m’arracher des aveux
devant un tribunal de feuilles mortes,
moi qui suis innocent
moi qui n’ai pas falsifié la pluie.
 

 

 

 

 

Home